Spezielle Optimierungen für den Internet Explorer 11 stehen noch an. Bitte nutzen Sie derweil zur besseren Ansicht einen aktuelleren Browser wie z.B. Firefox, Chrome

"Le canton de Zoug doit compter 25 pourcents de fermes bio d’ici 2025"

[Translate to Französisch:] Ein Mann und eine Frau stehen auf ihrem Hof, im Hintergrund sieht man den Zugersee.

Annemarie Schwegler, responsable du café, et Toni Niederberger, agriculteur, mettent beaucoup de coeur à l’entretien du site de la ferme "Bio Hof Zug". (Toutes les photos: FiBL, Franziska Hämmerli)

Ein kleines gemütliches Café, welches auch als Hofladen fungiert.

Ferme "Bio Hof Zug": le magasin à la ferme et le café se transforment en un tournemain en salle de banquet avec cheminée grâce à des rayonnages amovibles sur roulettes.

Ein Mann und eine Frau stehen auf einem Feld mit fünf weissen Piemonteserrindern.

A la Chamau, les Amgwerd détiennent un troupeau de vaches mères piémontaises qu’ils couvrent avec un taureau Charolais.

Ein Mann steht auf einem Feld, durch das ein Bächchen fliesst.

En 1992 déjà, de sa propre initiative, Xaver Amgwerd a planté des haies avec le soutien de l’école d’agriculture de Schluechthof.

Avec 16,1 pourcents, la proportion de fermes bio dans le canton de Zoug est déjà supérieure à la moyenne suisse (13,2 pourcents). Et cette proportion doit continuer d’augmenter. L’association bioZug s’est donné un objectif ambitieux: 25 pourcents de fermes bio dans le canton d’ici 2025.

Les consommateurs de produits bio favorisent une meilleure qualité des eaux puisque l’agriculture biologique renonce aux pesticides de synthèse et aux engrais chimiques. Le canton de Zoug compte déjà 75 domaines agricoles qui respectent le Cahier des charges de Bio Suisse. L’association bioZug, qui regroupe les productrices et producteurs bio du canton depuis 1994, se dote maintenant d’un objectif ambitieux: "Il faut que d’ici 2025 le canton de Zoug compte 25 pourcents de fermes bio", explique Peter Waltenspül, le co-président de bioZug, à l’occasion d’une excursion pour les médias. Il est convaincu que "l’agriculture biologique offre des perspectives notamment aux jeunes paysannes et paysans." Dans le Reusstal, la ferme de Xaver et Isabelle Amgwerd, qui produisait jusqu’à tout récemment des semences de céréales selon les directives PER, montre que la reconversion à l’agriculture biologique est aussi faisable et rentable pour un domaine zougois de grandes cultures en zone de plaine. L’important dans cette démarche est l’engagement personnel, l’orientation de la ferme par rapport au marché ainsi qu’une affinité pour l’agriculture durable. S’y rajoute encore le fait de pouvoir assurer l’avenir du domaine pour les générations futures.

Plans d’action cantonaux pour l’agriculture biologique

La ferme "Bio Hof Zug", qui pratique l’agriculture biologique depuis déjà trente ans, est devenue une véritable institution dans le canton. Cette ferme bio est aujourd’hui un pilier de l’approvisionnement local: Toni Niederberger et Annemarie Schwegler produisent avec leur équipe des légumes, des plantes aromatiques, des fruits et des petits fruits, et ils commercialisent leurs produits dans le magasin et le restaurant de la ferme. La ferme "Bio Hof Zug" couvre donc l’ensemble de la filière de création de valeur. Cette entreprise modèle montre comment la production durable fonctionne de la fourche à la fourchette.

Les consommatrices et les consommateurs demandent aujourd’hui de plus en plus de denrées alimentaires biologiques et locales. On a donc besoin de davantage de fermes bio – non seulement dans le canton de Zoug mais dans toute la Suisse. "Cette évolution doit être soutenue entre autres par des programmes cantonaux d’encouragement de l’agriculture biologique", dit Otto Schmid de l’Institut de recherche de l'agriculture biologique FiBL. Certains cantons comme Fribourg ou le Jura ont déjà des plans d’action pour l’agriculture biologique (voir Offensives d’encouragement). Otto Schmid en est convaincu: "Le canton de Zoug pourrait lui aussi prévoir de se doter d’un plan d’action pour l’agriculture biologique."

Une étude sur la reconversion qui fait référence depuis trente ans

La forte proportion de fermes bio qu’il y a dans le canton de Zoug vient entre autres d’une étude sur la reconversion intitulée "Möglichkeiten und Grenzen des biologischen Landbaus im Kanton Zug", réalisée en 1987 par l’Institut de recherche de l'agriculture biologique FiBL. Le déclic était venu de la trop forte pollution au phosphore du Lac de Zoug et de la discussion sur les mesures à prendre pour améliorer la qualité des eaux. Le Canton avait alors reçu comme recommandation non pas de construire d’onéreuses installations d’épuration de l’eau du lac mais de reconvertir l’agriculture au bio. Cette étude a permis au Canton d’éviter une coûteuse lutte contre les symptômes et d’améliorer à long terme la qualité de l’eau du Lac de Zoug en prenant des mesures dans l’agriculture.

Offensives d’encouragement ou plans d’action pour l’agriculture biologique

Certains cantons comme Fribourg et le Jura ont déjà des offensives d’encouragement ou des plans d’action pour l’agriculture biologique. Cette démarche pourrait aussi faire école dans d’autres cantons, par exemple Zoug.

L’Offensive Bio du canton de Berne

L’"offensive bernoise bio 2020" a pour but d’encourager le développement de l’agriculture biologique dans le canton de Berne. L’augmentation de la demande pour les produits bio doit être satisfaite en collaboration avec les différents acteurs cantonaux de l’agriculture, de l’agroalimentaire et du commerce pour augmenter la création de valeur de l’agriculture bernoise. www.bernerbiooffensive.ch

Le plan d’action pour l’encouragement de l’agriculture biologique du canton de Fribourg

Le plan d’action pour l’encouragement de l’agriculture biologique de 2013 prévoyait que la surface cultivée en bio dans le canton de Fribourg devait augmenter de 50 % d’ici 2020. https://www.fr.ch/iag/files/pdf59/plan_action_bio.pdf

Jura: plan d’action pour l’encouragement de l’agriculture biologique dans le canton du Jura et dans le Jura bernois

Le premier plan d’action a été rédigé en 2007 sur la base d’une étude de marché du FiBL. Le deuxième plan, qui couvrait la période de 2011 à 2015, visait une augmentation de 50 % du nombre de fermes bio par rapport au niveau de 2010 pour atteindre 20 % de fermes bio d’ici 2020.

Source: Le communiqué aux médias de Bio Suisse du 05 septembre 2017

Pour en savoir plus

Contact

Liens

Dossiers de presse

Télécharger

bio-suisse.ch: Communiqué aux médias du 05 septembre 2017