Spezielle Optimierungen für den Internet Explorer 11 stehen noch an. Bitte nutzen Sie derweil zur besseren Ansicht einen aktuelleren Browser wie z.B. Firefox, Chrome

4ème réunion de travail à Montpellier pour le projet OrganicDataNetwork

Raffaele Zanoli

Raffaele Zanoli, le coordinateur de l' OrganicDataNetwork, Université Polytechnique des Marches, Ancône (Italie)

Groupe de participants

Photo du groupe OrganicDataNetwork, 3/4.10.2013 à Montpellier

Susanne Padel

Susanne Padel, Organic Research Centre, Newbury

Vingt huit personnes représentant les 15 pays participant au projet OrganicDataNetwork se sont retrouvées à Montpellier les 3 et 4 octobre dernier. Les réunions précédentes s'étaient déroulées à Ancône (Italie), Frick (Suisse) et Newbury (Angleterre).

Il a été question du pilotage de la qualité des données avec des contrôles de vraisemblance, du développement d'une base de données et d'études de cas afin d'améliorer la méthodologie. Au cours de cette journée et demie de travail, les participants ont présenté leur approche et leurs suggestions pour arriver à une stratégie commune. Le but est de publier un manuel en décembre 2014 qui constituera l'élément le plus important de ce projet européen.

Pour donner un exemple pratique de ce que peut faire un pays en Europe en recueillant systématiquement des données, Dorian Flechet de l'Agence Bio - l'Agence Française pour le Développement et la Promotion de l'Agriculture Biologique-, a montré les résultats 2012 de la filière bio française qui a réalisé un chiffre d'affaires de 4,1 milliard d'euros. Les surfaces conduites en bio ont considérablement augmenté ces dernières années et représentent désormais près de 4 % de la surface agricole de France. La région Languedoc-Roussillon dont la capitale est Montpellier, figure au deuxième rang national pour l’importance de la filière bio avec 10 % de la surface agricole régionale conduite en bio, et au premier rang pour la production de vin bio.

Toutefois avant qu'une enquête de ce type ne soit complète à chaque fois en fin d'année, il faut rassembler au préalable pendant plusieurs mois les données statistiques provenant de sources diverses à l'instar de celles transmises par des organismes de contrôle, des associations, des organisations professionnelles, des grossistes et des exportateurs.

Helga Willer du FiBL (l'Institut de recherche de l'agriculture biologique) en Suisse et Diana Schaack de Agrarmarkt Informations-Gesellschaft (AMI) ont présenté l'état d'avancement de la base de données. Celle-ci comprend déjà plus de 8.000 entrées rien que pour l'année 2011. Elle contient les détails des surfaces agricoles (hectares), les données de production, des ventes au détail, des statistiques d'exportations et d'importations (en volume et valeur).

Le détail des sources d'erreurs possibles au niveau de la collecte des données a été donné par Corinna Feldmann de l'Université de Cassel et Diana Schaack de Agrarmarkt Informations-Gesellschaft.

Les données fournies par la France, l'Allemagne, l'Italie, le République Tchèque, l'Angleterre et différents pays méditerranéens, qui servent en l'occurrence d'exemples concrets, font l'objet de tests à l'heure actuelle pour comparer les données traitées et vérifier si elles sont plausibles et viables. Ce sont surtout ceux qui participent directement au projet et qui collectent eux-mêmes les données, qui trouvent le processus utile. Certains rapports étant déjà disponibles en l'état, les participants au projet vont être en mesure de pouvoir faire part directement de leur expérience, comparer les méthodes, et prendre exemple sur les cas qui marchent bien. Le travail qui est fait par le “Arbeitskreis Biomarkt” sous la direction d’AMI qui définit annuellement la taille du marché bio en Allemagne, a été cité comme exemple de pratique raisonnable.

Tous les participants à la réunion se sont montrés extrêmement satisfaits pour ce qui a été des débats, des conclusions et de l'organisation. A la fin de la réunion, Martin Cottingham qui s'occupe de rassembler les données pour l'édition du rapport annuel sur l'état du marché bio au Royaume-Uni de la Soil Association, a déclaré en guise de conclusion : “ça a été la réunion la plus utile de toutes car nous nous approchons de la publication de nos résultats”.

Plus d'information

Contact

Helga Willer, FiBL

Télécharger

Communiqué de presse (80.9 KB)
Communiqué de presse
Photo 1 (139.4 KB)
Photo 2 (198.5 KB)
Photo 3 (108.8 KB)

Lien

organicdatanetwork.net: Homepage