Page d'accueil » Médias » Archives communiqués aux médias  » Archives 2016 » Communiqué aux médias

Contact

Matthias Klaiss
(M.Sc. Agr.)

Département des sciences du sol
FiBL
Ackerstrasse 113
CH-5070 Frick

Téléphone +41 (0)62 865-7208
Fax +41 (0)62 865-7273
matthias.klaiss(at)fibl.org

Communiqué aux médias du 07.04.2016

De la semence à l’assiette - Le soja biologique suisse

Le soja bio pour l’alimentation humaine doit à l’avenir provenir de cultures locales. Pour encourager la production et la transformation du soja bio en Suisse, la Coop finance depuis 2016 le projet «Soja alimentaire biologique suisse» dont la coordina-tion est assurée par l’Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL).

Levée du soja

Levée du soja près de Genève (Photo: Sébastien Gassmann, AgriGenève).

Visite des champs

Des agriculteurs et des conseillers échangent leurs expériences dans une visite des champs à Estavayer-le-Lac (Photo: Josy Taramarcaz, AGRIDEA).

L’essai de variétés de soja

Maturation différente dans l’essai de variétés de soja (Photo: Maurice Clerc, FiBL).

(Frick, le 7.4.2016). Qu’il s’agisse de tofu, de tempeh ou de crème de soja, tous les produits à base de soja sont à la mode. Cette sorte de haricot doré est toujours plus demandée dans toute l’Europe pour l’alimentation humaine et l’assortiment des produits au soja s’élargit continuellement. Les acteurs du secteur suisse du soja bio se sont regroupés pour améliorer la culture en Suisse et élargir l’assortiment des produits à base de soja du pays. Car le soja suisse a de nombreux avantages: Pas besoin de défricher des forêts vierges, le soja est garanti exempt de contaminations transgéniques, la création de valeur ajoutée se fait en Suisse et la traçabilité est garantie. Sans compter que les agriculteurs sont regroupés au sein de l’organisation de producteurs PROGANA et ont des contrats de production et de prise en charge.

Les difficultés de la culture du soja

Le soja faisant partie de la famille des légumineuses, les bactéries de ses nodosités raci-naires fixent l’azote de l’air et le soja n’a donc pas besoin de fumure. «Le principal problème de la culture biologique du soja est la mauvaise herbe», explique Maurice Clerc, conseiller du FiBL pour les grandes cultures et codirecteur du projet. «Vu que cela fait monter les coûts de la production bio, il est important que les sélectionneurs produisent des variétés qui répriment mieux la mauvaise herbe et qui sont idéales pour la fabrication des différents produits.» La culture du soja n’est pas encore très répandue dans l'agriculture biologique suisse même si quelques pionniers en cultivent depuis plusieurs années. Cela a été rendu possible notamment grâce aux plus de 30 ans de travail de sélection des stations de recherches Agroscope qui ont permis de produire des variétés adaptées au climat d’ici. De plus en plus d’agriculteurs bio s’intéressent maintenant à la culture du soja, mais elle est très exigeante. C’est ici qu’intervient le projet «Soja alimentaire biologique suisse».

Le projet «Soja alimentaire biologique suisse»: De quoi s’agit-il?

Le but de ce projet est d’impliquer l’ensemble de la filière de création de valeur ajoutée qui va de la sélection au consommateur en passant notamment par l’étude variétale, la multi-plication des semences, la vulgarisation agricole, le développement des produits, la trans-formation et le commerce de détail pour renforcer le secteur suisse du soja bio pour l’alimentation humaine et mettre à disposition des consommateurs des produits au soja de haute valeur entièrement suisses. «Nous voulons favoriser une collaboration idéale pour tous ceux qui, des semences aux produits finis pour les consommateurs, sont impliqués dans la production et la transformation du soja biologique suisse», affirme Matthias Klaiss, qui coordonne le projet au FiBL.

Le projet est soutenu financièrement par le Fonds Coop pour le développement durable et par Bio Suisse. «La Coop fabrique tous ses produits biologiques au tofu avec du soja bio-logique suisse depuis 2015», souligne Roland Frefel, responsable des produits frais à la Coop. «Pour pouvoir continuer de couvrir la demande pour ces produits, la Coop soutient ce projet novateur et souligne ainsi une fois de plus son rôle de précurseur dans le domaine de la durabilité en général et de l'agriculture biologique en particulier.»

La Coop, le FiBL, Agroscope, Bio Suisse, l’organisation de producteurs bio PROGANA, Delley semences et plantes SA ainsi que le Moulin Rytz participent au projet «Soja alimen-taire biologique suisse» qui durera jusqu’à fin 2018.

Plus d'information

Contacts au FiBL

  • Maurice Clerc, Antenne Romande du FiBL, Conseil en grandes cultures
  • Matthias Klaiss, Semences bio et Conseil en grandes cultures

Links

Télechargé

Communiqué aux médias (88.7 KB)
Communiqué aux médias (200.0 KB)
Photo 1 (2.4 MB)
Photo 2 (2.7 MB)
Photo 3 (2.1 MB)