Spezielle Optimierungen für den Internet Explorer 11 stehen noch an. Bitte nutzen Sie derweil zur besseren Ansicht einen aktuelleren Browser wie z.B. Firefox, Chrome

Amélioration de la santé animale et de la qualité des produits dans les systèmes d’élevage biologiques et de type «low input»

Démarrage du projet Européen «LowInputBreeds»

Un projet d’envergure dont le but est d’améliorer la santé des animaux agricoles et la qualité des produits dans les systèmes d’élevages européens biologiques et de type «low input» vient de démarrer. Le projet «LowInputBreeds», qui réunit 21 partenaires d’Europe plus quelques-uns d’outre-mer, a pour but de développer des stratégies intégrées de sélection et de gestion qui permettront d’améliorer la santé des animaux agricoles et la qualité des denrées alimentaires. Ce projet, qui durera jusqu’en 2014, est cofinancé par le 7ème programme-cadre de l’UE pour la Recherche et le Développement Technologique de la Commission Européenne.

«Des études récentes ont montré que les animaux agricoles sélectionnés pour les systèmes de production de type ‹high input› ne possèdent pas assez un certain nombre d’aptitudes, comme la rusticité, qui sont importantes pour les élevages biologiques ou tout simplement plus extensifs», déclare le Pr. Carlo Leifert de l’Université de Newcastle, qui est le coordinateur du projet. «Pour le moment, seuls quelques rares concepts de sélection se basent par exemple sur les systèmes de production bovine en pâturage extensif ou sur les élevages en plein air de poules pondeuses.»

La Dresse Veronika Maurer du FiBL (Institut de recherche de l’agriculture biologique), qui est la coordinatrice scientifique du projet, ajoute: «Nous voulons développer des stratégies intégrées de sélection et de gestion pour améliorer la santé animale et la qualité des produits, mais aussi la productivité et l’efficience des systèmes européens biologiques ou de type ‹low input› dans les domaines de la production de lait, d’œufs et de viande.»

Le projet comprend quatre objectifs principaux:

  • Développer et évaluer des concepts innovants pour sélectionner des génotypes qui présentent les caractéristiques de rusticité et de qualité des produits souhaitées pour les systèmes d’élevages de type «low input».
  • Combiner ces génotypes avec des approches gestionnelles novatrices. C’est particulièrement important dans les cas où ni la sélection ni la gestion ne peut fournir seule des réponses adéquates aux principaux problèmes sanitaires rencontrés (p. ex. mammites, parasitoses).
  • Évaluer les impacts économiques, éthiques et environnementaux de ces mesures. Le projet doit garantir que ses résultats seront bien acceptés aussi bien par les producteurs que par les consommateurs.
  • Mettre sur pied un programme efficient de formation capable de propager rapidement les résultats dans la recherche, la vulgarisation et la pratique.

Le projet «LowInputBreeds» se concentre sur six principaux systèmes de production animale: vaches laitières, vaches allaitantes, brebis laitières, moutons à viande, porcs, poules pondeuses.
 
Le consortium du projet comprend 15 institutions scientifiques et 6 partenaires économiques. Ces 21 partenaires viennent d’Europe, du Brésil, du Canada, de Nouvelle-Zélande et de Tunisie.

La coordination générale du projet est assurée par l’Université de Newcastle en collaboration avec l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (coordination scientifique.
En Suisse, la Fédération suisse d’élevage de la race Brune, le fournisseur de génétique Swissgenetics et l’Applied Genetics Network participent avec le FiBL au projet qui concerne les vaches laitières. Le FiBL fait en plus des essais avec des moutons ainsi que des relevés dans des troupeaux de poules pondeuses.

Plus d'information

Télécharger communiqué de presse (40.0 KB)

Télécharger communiqué de presse 

Contacts

  • Professor Carlo Leifert, Nafferton Ecological Farming Group, Newcastle University, Stocksfield, Northumberland, UK, tél. +44 (0)1661 830 222, courriel C.Leifert(at)ncl.ac.uk
  • Dr Veronika Maurer, Animal Husbandry, Research Institute of Organic Agriculture FiBL, Frick, Switzerland

Site internet du Projet

www.lowinputbreeds.org

Partenaires du Projet

  • Newcastle University, UK, Coordinator
  • Research Institute of Organic Agriculture FiBL, Switzerland, Scientific Coordinator
  • Institut National de la Recherche Agronomique, France
  • Wageningen University and Research Centre, Livestock Research, The Netherlands
  • Georg-August-University Göttingen, Animal Breeding and Genetics Group, Germany
  • University of Catania, Department of Animal Sciences, Italy
  • National Agricultural Research Foundation, Greece
  • Federal Research Institute for Rural Areas, Forestry and Fisheries vTI, Institute of Organic Farming, Germany
  • Danish Centre for Bioethics and Risk Assessment, University of Copenhagen, Denmark
  • University of Ljubljana, Animal Science Department, Slovenia
  • University of Louvain, Centre for Philosophy of Law, Belgium
  • Swissgenetics, Switzerland
  • Swiss Brown Cattle Breeders’ Federation, Switzerland
  • Applied Genetics Network, Switzerland
  • IPG, Institute for Pig Genetics BV, The Netherlands
  • TOPIGS Iberica / Pigture Ibérica, Spain
  • Institut de Sélection Animale BV, The Netherlands
  • Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie, Tunisia
  • Lincoln University, Faculty of Agriculture and Life Sciences, New Zealand
  • University of Guelph, Centre for Genetic Improvement of Livestock, Canada
  • Federal University of Viçosa, Animal Science Department, Brazil

Remarques

«LowInputBreeds» est la dénomination abrégée d’un projet collaboratif européen dont le titre officiel complet est «Development of integrated livestock breeding and management strategies to improve animal health, product quality and performance in European organic and ‹low input› milk, meat, and egg production» (Développement de stratégies intégrées de sélection et de gestion pour améliorer la santé animale, la qualité des produits et les performances en production de lait, de viande et d’œufs dans les systèmes biologiques ou de type «low input»).

Ce projet est cofinancé par le 7ème programme-cadre pour la Recherche et le Développement de l’Union Européenne (contrat N° 222623). Il faut cependant souligner que le présent communiqué de presse ne reflète pas forcément l’opinion de la Commission Européenne et qu’il ne présage pas de ses futures stratégies.